Extrait de la prface de Roger Balian, ancien prsident de la Socit franaise de physique, membre de l Acadmie des sciences Le considrable accroissement de la population mondiale et de la consommation matrielle des pays industrialiss au cours du dernier demi sicle a radicalement chang la nature des problmes gopolitiques poss par l approvisionnement des hommes en nourriture, en eau, en nergie, par la pollution des sols ou de l air, par la disparition des espces animales et vgtales, par l exploitation des minraux, etc De ponctuels, ces problmes sont devenus mondiaux Nous avions hrit du XIXe sicle l ide que la nature tait inpuisable nous nous heurtons aujourd hui la constatation que nos ressources sont tarissables et que nos actions peuvent modifier la Terre sur laquelle nous vivons Si la science ne peut naturellement pas suffire rsoudre ces questions de socit, c est elle seule qui permet de suggrer des solutions C est aussi elle qui nous fournit les bases indispensables tout dbat, car il est impossible sans elle de prvoir raisonnablement les consquences des diverses dcisions qui s offrent nous Il importe donc que les donnes de la science soient accessibles tout citoyen appel participer plus ou moins directement des choix qui engagent l avenir et, en particulier, jauger objectivement, les propositions de ses reprsentants politiques en des domaines o fleurissent trop facilement les prjugs simplistes et les mythes, quand ce n est pas la dsinformation Parmi ces problmes majeurs dont l opinion se proccupe ajuste raison, les questions nergtiques sont celles qui ncessitent le plus de faire appel la physique C est pourquoi la Socit franaise de physique SFP , dont l une des missions est de favoriser les contacts entre grand public et physiciens, a organis travers notre pays des dbats sur l nergie centrs sur ses aspects scientifiques, essentiels en l occurrence Le prsent livre prolonge et approfondit cette dmarche En tant que physiciens, les auteurs abordent les problmes de l nergie avec la libert d esprit du chercheur, qui se doit d examiner systmatiquement toute chose sous ses divers aspects Une telle attitude est essentielle ici, car chacune des sources d nergie utilises par l homme et elles sont nombreuses possde ses avantages et ses inconvnients qu il importe d avoir identifis Ainsi, le calfeutrage des fentres lui mme, tout en permettant des conomies sur le chauffage domestique, n est pas sans risques Il contribue probablement l augmentation des cas d asthme observe depuis une trentaine d annes dans de nombreux pays On a aussi dcouvert qu il est responsable en Hongrie d une accumulation, dans l atmosphre des appartements, de radon, gaz radioactif mis par le bton des murs, tel point que les habitants sont soumis chaque hiver une irradiation suprieure celle qu ils ont subie du fait des retombes de Tchernobyl Mais ce supplment la radioactivit naturelle n en reprsente qu une faible fraction La vision globale et comparative des diverses formes d nergie qui est offerte par cet ouvrage n est malheureusement pas le souci de ceux qui, trop nombreux, s abritent derrire le principe de prcaution pour prner certains choix discutables ou partisans Cependant, notre Parlement, en donnant ce principe force de loi, l a assorti de deux rserves importantes, souvent mconnues Les mesures visant prvenir un risque de dommages graves et irrversibles doivent la fois avoir un cot conomiquement acceptable et tre effectives et proportionnes, ce qui suppose une valuation et une comparaison des consquences des diverses possibilits Une comparaison des risques a t elle t faite par le Danemark qui, par crainte du nuclaire, se repose sur les nergies fossiles pour produire son lectricit Il est frappant de constater que c est, de ce fait, le pays d Europe qui, aprs le Luxembourg, met vers l atmosphre le plus de gaz carbonique par habitant% de plus que la FranceJean Louis Bobin est professeur mrite l universit Pierre et Marie Curie, Paris Herv Nifenecker est conseiller scientifique l Institut des sciences nuclaires ISN de Grenoble, prsident de Sauvons le Climat Claude Stphan est directeur de recherche mrite au CNRS, l Institut de physique nuclaire IPN d Orsay